De la Création-Recherche

Le corps enseignant de l’ESAV réhabilite le principe du décloisonnement en refusant la clôture taxinomique des champs disciplinaires et la rupture entre pratique et théorie scientifique ou, d’une autre manière, ils cherchent à retrouver la symbiose entre la pensée verbale et la pensée manuelle. Les intervenants professionnels, pour leur part, sont là, non seulement pour mesurer le degré de la maîtrise technique des étudiants, mais surtout pour en vérifier l’efficacité dans le métier.

Ces enseignants sont tous chercheurs et membres du Laboratoire de Recherche en Audiovisuel (EA 4154) où, au-delà des évidences liées à une approche fortement conditionnée par la systématique culturelle, l’objet audiovisuel n’est pas abordé comme un assemblage hétérogène de pratiques qui s’ignorent ou se contrarient, mais comme un phénomène organique complexe. Par exemple, il est entendu qu’une approche pertinente des nouvelles technologies doit prendre en compte les étapes déterminantes d’une genèse, tout autant que des états simultanés dans leur réalité immédiate. En outre, le laboratoire a favorisé la croissance et le succès, en son sein, des activités relevant de l’acoustique, de l’optique et du numérique (dans ce qu’il transforme non seulement l’art mais les rapports de l’homme avec l’art et la société).

Autrement dit, la production scientifique de l’École comprend aussi bien des films, des compositions musicales, des œuvres numériques, des expertises, des productions multimédias, que des livres, des articles, communications… Ils constituent à leur manière autant de preuves et de séries de preuves, que des intervalles de clarté, des segments de parcours logique, des chaînes de médiations, qui font aujourd’hui la modernité de la recherche scientifique.